Le style: l’art de se célébrer chaque jour

J’ai toujours trouvé qu’il fallait une grande connaissance de soi et une certaine forme d’estime aussi pour assumer pleinement son style vestimentaire. J’ai de l’admiration pour les femmes qui sont fidèles à ce qu’elles sont, et dont le style traverse les époques et -disons-le- les modes.  Parce que même si en 2018 on milite en faveur du vivre-et-laisser-vivre, afficher un style le moindrement différent, c’est ouvrir la porte aux commentaires.

Au haussement de sourcil.

Au regard oblique.

Au “désolée c’est mon opinion bye”.

Considérant que la mode, c’est ce qu’on trouve dans les boutiques et que le style, c’est la façon dont on agence ce qu’on choisit d’acheter, il n’y a rien de plus personnel et subjectif que le style.  Et pour moi, il n’y a rien de plus beau qu’une personne qui assume le sien.

Qu’il soit classique, totalement excentrique ou quelque part entre les deux.

Réflexion sur le style vestimentaire

Je pose la question bien candidement: quand on magasine et qu’on passe à la caisse avec ce qu’on a choisit, est-ce qu’on s’assume tant que ça? Est-ce qu’on porte vraiment ce qui nous représente? Ce qu’on aime?  Ce qui nous rend heureuse?  Ou est-ce qu’on se censure pas un peu, des fois?

Parce que se mettre en valeur ça veut dire se donner de la valeur.

Prenons-nous la peine et le temps de nous donner de la valeur?

Quand on s’habille le matin et qu’on se regarde dans le miroir, est-ce que l’image qu’il nous renvoie nous représente telle qu’on se voit? Telle qu’on se sent à l’intérieur? Telle qu’on voudrait se présenter au monde?

Oui?  Merveilleux.

“Pas vraiment”.  Pourquoi donc?

Réflexion sur le style vestimentaire
Iris Apfel, 96 ans.

Les vêtements qu’on porte sont un message qu’on envoie et qui annonce qui nous sommes sans qu’on ait à parler.  Sachant qu’on a le plein contrôle du message qu’on projette, pourquoi est-ce qu’on saisirait pas l’occasion, chaque jour, d’exprimer qui on est, de se célébrer?

Ça peut paraître futile.  Après tout, ce ne sont que des vêtements. Mais ça ne l’est pas, bien au contraire. Les vêtements peuvent avoir un effet très bénéfique sur nous, sur notre humeur, sur notre estime.

Et l’expression de soi par le vêtement, ça se passe aussi bien en runnings et en jeans qu’en jupe crayon et en talons hauts.

247d3f0e613634c29679bbb4a9197b07
La bloggeuse Accidental Icon.

tumblr_nz7c2qcuP01sfovcvo1_1280

Combien de femmes a-t-on vu vivre à la télé un changement de look qui les a fait fondre en larmes? Les vêtements ne sont pas superficiels, ils ont le pouvoir de nous donner la confiance nécessaire pour foncer dans la vie et se réaliser à la hauteur du potentiel qu’on sait qu’on a.

d6595ab094c21687409b12c9e83c7592
Liz, la bloggeuse de withwonderandwhimsy.com

Chaque fois que j’ai eu la chance d’aider une personne à magasiner, j’ai vu un changement s’opérer devant mes yeux. Instantanément, la tête se relève, la posture est plus droite, le sourire plus large.

Réaliser que je peux porter ça, moi, des jeans à imprimé floral!, c’est comprendre qu’on se met nos propres limites, tout le temps.  Et si on se met des barrières pour un bout de tissu, peut-être qu’inconsciemment, on se limite dans d’autres sphères de notre vie aussi.

Crevons l’abcès tout de suite.

Le style n’a rien à voir avec le tour de taille, la grandeur ou les capacités financières.

Le style, ça ne s’achète pas. Ça se crée. Comme l’art. Oui, il faut acheter des vêtements, mais les idées, la créativité et l’inspiration font partie des choses qui sont encore gratuites en 2018. Profitons-en pendant que ça dure. 🙂

 

le style
Ma belle collègue Guylaine Guay, qui sent la confiance à plein nez dans sa combi aussi colorée que sa personnalité.

Assumer son style, c’est assumer qui on est et ce qu’on aime.  Qu’on soit classique, excentrique, ou quelque part entre les deux.

C’est acheter le chandail noir bien simple si c’est ce qui nous procure du bonheur et le mauve à pois blancs pour la même raison.

Les gens qui ont un style impeccable sont ceux qui arrivent à créer des agencements vestimentaires qui respectent à la fois qui ils sont et où ils vont.(2)

Ce n’est donc pas tout de porter ce qu’on aime.  Il faut savoir se vêtir comme il nous plaît, mais selon les occasions et les contextes.   J’explique.

Les experts de l’image affirment que le style, c’est 50% nos goûts personnels, 50% notre auditoire.

C’est un grand débat de société, je le sais, mais je suis d’avis qu’il y a un temps pour chaque chose. L’étiquette a encore sa raison d’être, même si malheureusement, elle semble disparaître peu à peu.  Les vêtements qu’on porte au travail ne devraient pas être les mêmes que ceux qu’on porte le dimanche matin devant la télé.

Il est possible de respecter ses goûts et d’infuser sa touche personnelle à chacun de ses ensembles, qu’ils soient corporatifs pour le 9 à 5, colorés pour un mariage ou tout-aller mais professionnels pour l’emploi qui ne nécessite pas de tailleur.

En se respectant, en respectant le lieu et le contexte, on peut donc très bien oser un imprimé éclaté qui rend de bonne humeur, rester classique même si on nous fait sentir qu’on devrait oser plus, oser une coupe particulière même si elle ne nous “affine” pas, oser un agencement hors du commun, même si on nous laisse croire qu’après 50 ans, on devrait pas.

Le style, c’est oser faire à sa façon. C’est porter ce qui nous rend heureuse.

Osons être nous-mêmes parce le bonheur, non seulement il a de la gueule, il est one size fits all.

.

La reine du shopping

Commentaires